Sélectionner une page

Théâtre inclusif

Ce projet s’est déroulé au Tessin : il s’agissait, pendant trois semaines, d’une part de partager avec l’équipe russe des outils d’intégration, de lui donner des moyens supplémentaires de faire évoluer la cause des handicapés en Russie, d’autre part de faire apprécier les différences et de briser le schéma d’échange nord-sud.

Valeur du projet : 46’502.10 SFr

Fonds : Fondation Lord Michelham of Hellingly, Genève/Lotteria Inter- cantonale/Fondation Sandoz, Pully/Mme Tashi Albertini, Locarno

L’idée de ce projet est née d’une rencontre fortuite entre la directrice de l’ONG russo-allemande «Perspektivy», œuvrant depuis plusieurs années dans le milieu extrêmement clos et contrôlé des internats – institutions hybrides entre l’orphelinat et la clinique psychiatrique –, et deux membres de l’UPAM lors de la conférence de Pskov dédiée à la question du spectre autistique en Russie en avril 2006.

Parmi les activités menées par «Perspektivy» à l’internat numéro 3 de Peterhof (près de Saint- Pétersbourg), il y a la gestion d’un groupe de théâtre basé sur les bienfaits thérapeutiques, aussi bien physiques que psychologiques, de l’expression artistique. Le groupe est constitué d’une dizaine d’adultes atteint.es de handicaps physiques et mentaux suivis par presque autant de moniteur.trices et une actrice professionnelle.

En Suisse, et tout particulièrement au Tessin, le théâtre comme moyen thérapeutique est connu depuis longtemps et pratiqué par la troupe «I Giullari di Gulliver» (acteur-trices professionnel.les issu.es de l’école Dimitri) sous sa forme « intégrative ». Le projet «Théâtre sans frontières» consistait donc à favoriser la rencontre entre les groupes russe (5 adultes, 5 moniteurs et une directrice artistique) et tessinois (4 adultes, 3 moniteurs et 1 directeur artistique), sous la forme d’un atelier de théâtre d’une durée de trois semaines, du 29 juillet au 19 août 2007, et poursuivait trois objectifs principaux :

• faire connaître les principes du théâtre intégratif au groupe russe, dans un pays où les discriminations systémiques sont fortes ;

• stimuler un futur partenariat artistique pour envisager une collaboration brisant le schéma classique des projets nord-sud ;

• fournir au groupe russe un outil concret de sensibilisation et d’action, sous forme scénique, valorisant les participant.es atteint.es de handicap ;

L’événement a trouvé un écho médiatique conséquent dans la presse locale. En outre, un DVD illustrant des scènes de la vie quotidienne du camp, ainsi que la préparation du spectacle et sa répétition générale a été réalisé.