“Ce n’est pas tant l’aide de nos amis que notre confiance en cette aide qui nous permet de nous en sortir.” Epicure

Le projet Mahachkala dura 6 ans et fut finalisé en 2011. Il permit d’améliorer l’intégration d’enfants et de jeunes adultes porteurs d’une forme lourde de handicap, dans la République du Daguestan, au sud de la Russie centrale.

Valeur du projet : 154’108.- SFr

Donateur : Fondation Pro Victimis, Genève

Le projet Mahachkala a démarré en avril 2006 lors de la conférence nationale sur l’autisme, tenue à Pskov (cf. article : « conférence de Pskov »). Une rencontre, dans ce cadre, avec la responsable d’un groupe de parents actifs (« Association Vie sans Larmes ») à Mahachkala (République du Daguestan) a été suivie d’une visite de terrain effectuée par un membre de l’UPAM en été 2006.

Quelques dissensions entre nos partenaires locaux, un changement de lieu pour abriter les activités du centre ainsi que la situation politique tendue de la région nous ont contraints à remodeler quelque peu le projet et à retarder sa mise en œuvre, mais les travaux ont finalement pu débuter en Avril 2009. Il s’agissait, dans un premier temps, de permettre à nos partenaires (l’association « Vie sans larmes ») de rénover et d’équiper complètement les vastes locaux qu’ils avaient pu obtenir pour y installer leur Centre d’accueil et de réhabilitation pour enfants handicapés.

Après quelques semaines de travaux nécessaires pour rendre le bâtiment habitable, l’UPAM et « Vie sans larmes », grâce à la généreuse donation de la Fondation Pro Victimis, ont pu commencer à équiper peu à peu les dix pièces du Centre, qui comprennent : une salle de jeu, une salle d’informatique, un cabinet de logopédie, une chambre sensorielle, une cuisine, un centre de consultation, le bureau de la directrice, et une salle de sport.

Nous avons également construit un grand hall, muni d’une table et de divans. Les enfants sont pris en charge par 2 pédagogues, 1 logopédiste, 1 psychologue, 1 thérapeute et 1 kinésithérapeute. Un avocat social, des coordinateurs ainsi que des bénévoles et des étudiants en droit, en pédagogie et en psychologie sont également présents pour l’accueil des enfants et pour le conseil aux parents. Ces postes sont financés par un autre fond, l’UPAM s’est chargé de la rénovation et de l’équipement du centre.

Il est vite apparu qu’un véhicule s’avérait également nécessaire pour que les spécia­listes du centre puissent se rendre dans les autres villes ou villages de la région, afin d’y prodiguer des soins et des conseils aux familles touchées par le handicap. La Fondation Pro Victimis nous a accordé une rallonge budgétaire afin de pouvoir l’acheter au début de 2011, mettant un terme à ce projet.

Le Centre de Mahachkala est aujourd’hui un établissement sécurisant pour les parents et les enfants atteints d’un handicap qui bénéficie également aux personnes isolées des alentours.